1. les déséquilibres économiques

2 Le chômage

 

 Définition : le chômage est un phénomène économique et social qui se manifeste par une offre de  travail plus importante que la demande de travail.

 

Les causes et les différentes formes de chômage : le chômage a plusieurs causes et se manifeste sous plusieurs formes.
       

- Le chômage volontaire : il résulte du refus de travail à cause de la faiblesse de salaire proposé.
       

- Le chômage frictionnel : lorsqu’il y’a décalage entre la qualification des travailleurs et les

  emplois existants.
     

- Le chômage technique : il résulte de l’inactivité forcée due à une discontinuité dans le

  processus de production. exemples : rupture de stocks, panne de machines, ….
       

- Le chômage technologique : il apparaît à la suite d’une innovation qui économise du

  travail (substitution du travail par le capital). Il peut aussi apparaître lorsque les

  entreprises développent des investissements de productivité.
     

- Le chômage par la demande : lorsqu’il y’a insuffisance de la demande ou de débouchés,

  les entreprises peuvent libérer des travailleurs.
       

- Le chômage saisonnier : lorsque la fluctuation de l’activité du salarié l’oblige à arrêter son

  travail pendant certaines époques de l’année, on parle alors de chômage saisonnier. Exemple

  les travailleurs dans les secteurs touristiques
     

- Le chômage conjoncturel : il est lié au ralentissement temporaire de la croissance économique

  (il est passager).
       

- Le chômage structurel : il résulte des changements de longues durées intervenus dans

  les structures démographiques, sociales, économiques et institutionnelles. Exemple effets de

  la législation, la structuration industrielle (délocalisation), baisse du taux d’activité.
 

La théorie économique a fourni plusieurs explications du chômage :
       

- Pour les néoclassiques il y’a chômage lorsqu’il y’a des facteurs de blocage à la flexibilité

  des salaires. Exemple : le refus des syndicats de baisser les taux de salaires, le SMIG
     

- pour les keynésiens le chômage existe lorsque la demande est insuffisante pour tirer l’offre.

  Les  keynésiens considèrent la baisse des salaires comme un moyen de baisse la demande.

  Au contraire la hausse des salaires relance la demande
       

- Pour les marxistes le chômage est indispensable au développement du capitalisme. En effet

  la recherche de profit pousse les capitalistes à remplacer l’homme par la machine

 

1 L'inflation

 

1 - Définition : l’inflation est un déséquilibre entre deux types de flux ( flux monétaire et flux réel) dont la manifestation est une hausse durable et généralisée des prix.

2 - Mesure de l’inflation : on utilise l’indice des prix à la consommation (IPC) pour calculer le taux d’inflation. En effet il s’agit de choisir un certain nombre de produits représentatifs à la consommation des ménages et de calculer la moyenne pondérée par la quantité consommée. INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) utilise 266 postes de consommation.
IPCt = l’indice des prix à la consommation à la date t
IPCt-1 = l’indice des prix à la consommation à la période t-1
Ti = le taux d’inflation

 

 {tex}ti=\frac{IPCT-IPCT-1}{IPCT-1}\times100{/tex}

 

3 - Les causes de l’inflation : La théorie économique distingue plusieurs causes de l’inflation.

a - L’inflation par la monnaie : on voit dans la hausse des prix le résultat d’une création monétaire excessive. Elle provient donc d’une quantité de monnaie excessive ou plus exactement d’une croissance de la masse monétaire trop importante par rapport à la croissance de la production
       

b - L’inflation par la demande : elle explique la hausse des prix par un déséquilibre entre l’offre de bien qui est insuffisante par rapport à la demande de consommation.
       

c - L’inflation par les coûts : Elle met en cause un ou plusieurs coûts de production. Elle se traduit par une répercussion sur les prix de vente d’une augmentation du prix des matières premières, des salaires ou les coûts auxquels les entreprises doivent faire face.

Une hausse du prix du pétrole peut aussi se répercuter sur l’ensemble des prix de l’économie (il s’agit d’une inflation importée ; c.-à-d liée à l’augmentation du prix du bien importé). Si les salaires augmentent de façon plus rapide que les gains de productivité, alors le coût du travail augmentera et sera peut être répercuté sur les prix de vente.
L’inflation peut aussi résulter des frais financiers élevés qui se répercutent sur le prix de vente.
     

d - L’inflation par la structure des marchés : on peut avoir une inflation dans les cas suivants :
           - Allongement des circuits commerciaux avec l’existence d’intermédiaires commerciaux

             très nombreux.
           - Une faible mobilité des facteurs de production
           - Puissance des oligopoles ou monopoles qui impose un prix supérieur à celui de la concurrence

4 - Les conséquences de l’inflation :
Les conséquences de l’inflation sont d’ordre économique et social.
     

a - conséquences économiques
Une inflation rampante de quelques points de pourcentage par an, ne constitue pas une menace grave pour l’économie. Elle peut même stimuler l’activité économique. En effet, lorsque les prix augmentent sur le marché, les entreprises trouvent des opportunités à augmenter leurs productions pour gagner beaucoup de profits ; elles vont en même temps embaucher en créant de nouveaux emplois. Tant que ses effets n’affectent le pouvoir d’achat des ménages, l’activité peut être dynamique.
Une inflation galopante qui résulte de la hausse des coûts des matières premières, des biens d’équipement, diminue la compétitivité de l’économie, car les prix des produits nationaux deviennent chers.
En période d’inflation les détenteurs de liquidités se retrouvent avec de la monnaie dépréciée qu’ils cherchent à dépenser (fuite devant la monnaie). Les industriels et commerçants augmentent leur endettement car les prix montent plus vite que les coûts.
En période d’inflation, la valeur de la dette baisse, car on paie avec de l’argent déprécié.
      

b - conséquences sociales
L’inflation diminue le pouvoir d’achat ou le revenu réel des agents économiques (on arrive plus à acheter les quantités qu’on pouvait acheter avant, avec son revenu) : elle accroît la pauvreté
Les titulaires de revenus fixes comme les salariés et les titulaires de comptes à terme s’appauvrissent.
Sur une longue période une instabilité sociale risque de s’installer, car les syndicats s’organisent, revendiquent une hausse des salaires. Les entreprises rencontrent des problèmes liés à la hausse des coûts de production, diminuent leurs investissement et les emplois (le chômage s’aggrave).

 

OIF
RESAFAD

EXAMEN.SN V2.0 © RESAFAD SENEGAL Creative Commons License - Avenue Bourguiba x rue 14 Castors, Dakar (Sénégal) - Tél/Fax : +221 33864 62 33