Echanges extérieurs

2008

 

ECONOMIE GENERALE 

 

DOCUMENT1 : Dette extérieure des pays du tiers-Monde par région (en milliards de dollars)

 

Année 

 

 Région 

 

Stock de la dette en 1980

 

Stock de la dette en 2002

 Asie de l'Est et Pacifique

64,6

509,5

 Asie du sud

37,8

166,8

 Moyen Orient et Afrique du  Nord

102,5

317,3

 Afrique subsaharienne

60,8

204,4

 Amérique Latine et Caraïbes

257,4

789,4

 Ex bloc soviétique

56,5

396,8

 

Source : calculs de Damien Millet sur la base de la banque mondiale GDF 2003 ; internet.

 

 

DOCUMENT 2 :

 

a) Comment expliquer la croissance de la dette africaine?

 

On constate que, pour plus de la moitié des pays africains les “plus pauvres”, l’accroissement de la dette est du même ordre de grandeur que l’accroissement de la facture pétrolière et de la facture céréalière.

Pour les pays relativement « plus riches », il semblerait que la dette trouve son origine dans l'ensemble du déficit extérieur et plus particulièrement dans la mise en œuvre de grands projets ainsi que dans l'importation de biens d'équipement.

Le cas du Sénégal est frappant : la corrélation est presque parfaite d’une part entre le volume de la dette et celui de la formation brute de capital fixe de l’autre.

 

b) La dette constitue aujourd’hui un facteur de blocage de la croissance des pays africains.

 

On découvre qu’un endettement “excessif” conduit à un moment ou à un autre à la récession. (...) La raison en est, qu’à partir d’un certain seuil, le poids de l’assainissement financier l’emporte sur les effets bénéfiques de l’endettement.

L’apurement de la dette a nécessairement des effets dépressifs... Pour bon nombre de pays africains, cette dépression est inique puisque leur endettement, pour une bonne part, n’a servi qu’à endiguer les perturbations extérieures ; perturbations sur lesquelles ils n’ont aucun pouvoir.

 

Source : Ph. Engeihard et T. Ben AbdaIah, Dette africaine, dette du Tiers-Monde et croissance de                       l’économie mondiale;

 

In Endettement et environnement africain, ENDA, Pages 368 à 371.

 

 

DOCUMENT 3 : Endettement du Sénégal de 1995 à 2001

 

 

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

 PIB en valeur (en milliards

 CFA)

 

 

2242,9

 

2379,7

 

2556,2

 

2752,9

 

2956

 

3018

 

3390

 Encours de la dette

 publique extérieure (en

 milliards CFA)

 

 

 

-

 

 

-

  

 

-

 

 

1894,7

  

 

1967,2

 

 

2220

  

 

2477,3

 Service de la dette en %

 du PIB(après allègement)

 

 

3,90

 

5

 

5,50

 

3,70

  

4,80

  

3,1

 

2,6

 Service de dette en %

 des exportations (après

 allègement)

 

  

20,10

  

15

  

17,60

  

11,10

  

14,70

  

16,1

  

13,1

 Dette extérieure en % du

 PIB (après allègement)

 

 

76;60

 

77,3

 

73,1

 

76,8

 

79,9

 

71,4

 

73,07

 

Source : FMI, BCEAO, Trésor Français, in INTERNET

 

 

I. TRAVAIL PREFARATOIRE :

1. Définir les termes économiques suivants:                                                             (02 points)

        - dette extérieure;

        - le service de la dette;

        - insolvabilité;

        - rééchelonnement.

 

2. Quels peuvent être les effets positifs de la dette extérieure pour les pays débiteurs?  (1,5 point)

3. Expliquer la phrase soulignée du document 2.b.                                                  (1,5 point)

4. Quelle est la signification des valeurs soulignées du document 3 ? Faire une phrase pour

    chaque valeur.                                                                                                    (01 point)

5. Calculer:                                                                                                            (02 points)

a) la part en % de chaque groupe de pays dans le stock de la dette en 1980 et en 2001

     document 1 (résultats sous forme de tableau).

 

b) à partir du document 3, le montant du service de la dette du Sénégal après allègement avec le

     P I B  courant pour 1995 et pour 2001. 

6. Représenter par des diagrammes circulaires, la structure en % de la dette extérieure

    du Tiers-monde à partir des résultats des calculs du document 1 pour 1980 et 2002.  (2 points)

 

II. QUESTION DE SYNTHESE                                                                                       (10 points)

 

A l’aide des documents et des connaissances personnelles, analyser les causes de l’augmentation de la dette extérieure des pays africains, puis s’interroger sur la capacité de cette dette à aider au développement du continent.

 

2006

 

THEME : L’intégration Economique et le Développement

 

DOCUMENT 1 :

 

Document 1a :  L’intégration Régionale.

 

 

L’intégration régionale est une autre grande source potentielle d’accroissement des échanges et de l’investissement, d’efficience économique et de croissance en général. En Afrique subsaharienne, certains accords commerciaux régionaux ont contribué notablement à la réforme structurelle incitant à éliminer des pratiques commerciales et des procédures d’octroi de licences restrictives, à rationaliser les procédures et la réglementation douanières, à intégrer les marchés financiers, à simplifier les méthodes de transfert et de paiement, ainsi qu’à harmoniser le régime fiscal.

 

Source : Finances & Développement / Décembre 2001, page 16.

 

Document 1b : Répartition géographique des exportations mondiales en 1999

 

 (en pourcentage du total mondial en 1999 = 5 339 milliards de dollars)

 

Zones d’origine des produits

 

Zones de destination des produits

 

Amérique du Nord

Europe de l’Ouest

Asie

(Est Sud-est)

Autres pays

Total Monde

 Amérique du nord

 Europe de l’Ouest

 Asie (Est Sud-est)

 Autres pays

7,1

4,1

6,7

2,7

3,8

33,2

3,8

5,7

3,7

2,8

6,8

2,8

2,2

6,0

2,6

6,0

16,8

46,1

19,9

17,2

  

 Total Monde

 

20,6

46,5

16,1

16,8

100

 

Source : CEPII, Économie mondiale 2002 la découverte page 42.

 

 

DOCUMENT 2 : UEMOA : Emplois et Ressources du PIB 1999 - 2001.

 

Années

 Données

1999

 

2000

 

2001

 

 

 Importations

 

5 615,9

6 013,6

6 433,6

 Consommation Finale :

     - Publique

     - Privée

14 017,2

2 036,6

11 980,6

14 429,7

1 966,9

12 462,8

15 443,9

2 216,5

13 227,4

 

 Investissement brut (FIC)

 

8 030,6

2 905,3

3 212,3

 

 Exportations

 

412,2

5 668,6

5 881,6

 

 Épargne intérieure

 

2 626,9

2 560,4

2 660,3

 

Source : BCEAO ; AFRISAT.

                                                                                                                                            

 

DOCUMENT 3 : Les problèmes d’intégration en Afrique 

 

Les problèmes essentiels, étroitement liés entre les pays et présents dans tous les groupements, comprennent : le manque de soutien à la base c’est-à-dire l’idée est suscitée parfois par les pays donateurs souvent ancienne puissance coloniale, le manque d’hommes d’affaires privés qualifiés au niveau local, la dépendance excessive des pays africains vis-à-vis de l’extérieur sur tous les plans, difficultés opérationnelles et institutionnelles (problèmes de convertibilité monétaires…).

 

Source : Le Courrier, Novembre - Décembre 1992, page 55.

 

 

I - TRAVAIL PREPARATOIRE                                                                           (10 points)

 

1 - Définir : Intégration économique ; Commerce intra zone ; Triade ; Compétitivité.     (02 pts)

2 -  Interpréter les chiffres soulignés (Document 1b).                                                (01 pt)

3 -  

a - Calculer le solde commercial de l’Europe de l’Ouest.                                                (01 pt)

b - Calculer le PIB de l’UEMOA en 2001 (Document 2)                                                 (01 pt) 

4 - Quelles sont les raisons principales des fluctuations des exportations africaines ?      (01 pt 

5 -    

a - Calculer et interpréter le degré d’ouverture de l’UEMOA en 2001.                              (01 pt) 

b -  Quels sont les effets positifs de l’ouverture à l’économie mondiale.                           (01 pt)

6 - En quoi chacun des éléments ci-dessous peut entraver l’intégration économique.        (02 pts)

    - l’inconvertibilité des monnaies ;

     l’absence d’infrastructures ;

    la diversité linguistique ;

     la nature des produits échangés.

 

II - QUESTION DE SYNTHESE                                                                             (10 points)

 

A partir de vos connaissances et des documents ci-joints, vous montrerez l’intérêt de l’intégration économique en Afrique puis vous analyserez les difficultés à la mettre en place dans le continent.

 

 

2010

 

 

DOSSIER DOCUMENTAIRE

 

DOCUMENT 1 : Prix d’achat aux producteurs d’arachide et de coton (en F CFA / Kg)

  

Sources : D’après BCEAO, Administrations Sénégalaises

 

 

DOCUMENT 2 : Solde des opérations courantes du Sénégal (en milliards de F CFA courants)

 

                                                        Années

 Rubriques

2003

2004

2005

2006

 Exportations de marchandises (FOB)

 

 Importations de marchandises (FOB)

 

 Frêt

 

 Voyage

 

 Intérêts de la dette publique

 

 Autres services

 

 Revenus divers

 

 Transferts courants privés

  

 Transferts courants publics

730,6

 

1200,5

 

-158,4

 

101,8

 

-45,7

 

43,6

 

-33,4

 

241,0

 

67,3

797,4

 

1318,5

 

-173,9

 

101,8

 

-47,1

 

57,3

 

-22,0

 

269,6

 

64,3

832,4

 

1523,7

 

-193,5

 

102,8

 

-36,1

 

74,4

 

-11,1

 

340,8

 

56,8

813,6

 

1605,5

 

-217,8

 

103,8

 

-34,0

 

96,7

 

-16,7

 

409,9

 

55,0

 

Sources : BCEAO, Administration Sénégalaise

                                                                                                                                     

DOCUMENT 3 

 

La prise en compte des flux commerciaux pourrait laisser supposer que les seules transactions internationales permettant de produire une demande ou une offre de devises sont constituées des exportations et des importations de biens et services. Toutefois, les transferts et les mouvements de capitaux sont également des opérations qui doivent être estimées afin de dresser l’état des paiements et des recettes d’un pays à l’égard du reste du monde. C’est l’objet de la balance des paiements.

Lorsqu’un agent économique individuel dépense plus qu’il ne reçoit, il peut, pendant un certain temps, puiser dans une épargne antérieurement accumulée ou recourir à l’emprunt. Face à des difficultés de paiements, un gouvernement peut financer, temporairement le déficit en puisant dans ses réserves de change ou emprunter à l’étranger ; Face à un déficit structurel et chronique de ses paiements internationaux, un pays est amené à dévaluer sa monnaie, en cas de taux de change fixe, ou à la laisser se déprécier, en cas de taux de change flottant, ce qui tend à favoriser les exportations et à réduire les importations.

 

Source : Joël JALLARDEAU, « Introduction à la macroéconomie », Editions Prémisses, 1998.

 

Q U E S T I O N N A I R E

 

TRAVAIL PREPARATOIRE                                                                                 (10 points)

 

1) Définir les termes techniques suivants                                                               (02 points) 

         -  Balance des paiements

         - Taux de change

         - Devise

         - Compétitivité

 

2) Que renseigne le solde des opérations courantes d’un pays ?                                      (01 point)

3) Qu’est-ce que la dévaluation ? Quels sont les effets escomptés d’une dévaluation ?      (02,5 points)

4) Qu’est-ce qui différencie un système de change fixe d’un système de change flexible ?  (01 point)

5) Calculer pour chaque année le solde des opérations courantes du Sénégal.                  (01,5 point)

6) Représenter à l’aide de courbes, l’évolution des balances suivantes : balance commerciale,

    balance des services et balance des transferts unilatéraux du Sénégal entre 2003 et 2006 dans

    un même graphique.                                                                                              (02 points)

 

    Arrondir les soldes aux milliards près et choisir comme échelle 1 mm = 10 milliards.

 

QUESTION DE SYNTHESE                                                                                            (10 points) 

 

A l’aide des documents et de vos connaissances personnelles, vous analyserez les facteurs explicatifs de la dégradation de la balance des paiements courants du Sénégal entre 2002 et 2006 en vous fondant sur les mouvements de marchandises, de services et de transferts sans contrepartie au cours de cette période.

 

N.B. : Les services regroupent à la fois les services facteurs et non facteurs.

 

2005

 

 

DOCUMENT 1 : Les échanges de marchandises par catégorie de produits.

 

 

(en % de commerce total de marchandises)

 

 

Part en 1990

 

 

Part en 2000

 

 Produits agricoles

 

 

12,2

 

9,1

 

 Hydrocarbures et minerais

 

 

14,2

 

13,1

 

 Produits semi-manufacturés

 

19,6

18,9

 

 Produits manufacturés

 

50,9

56,0

 

 Autres

 

3,1

2,9

 

 Total

 

100

100

 

Source : d’après le rapport annuel de l’OMC, 2002.

 

DOCUMENT 2 : Le commerce des services

 

DOCUMENT 3 :

La place des pays émergents ne doit pas être minimisée ni magnifiée. Un grand nombre de pays du Sud demeurent donc à l’écart du mouvement de rattrapage engagé par les pays émergents et restent spécialisés dans des productions à faible valeur ajoutée : matières premières, minières ou agricoles (ce qui les rend très vulnérables aux variations des prix mondiaux) et produits industriels de faible technologie. L’orientation de leur échange révèle en outre leur dépendance à l’égard des pays développés, qui sont à la fois leurs principaux débouchés et leurs fournisseurs essentiels.

 

            Le commerce international demeure dominé par la Triade (UE, Amérique du Nord, Japon) qui concentre les quatre cinquièmes des échanges internationaux. Non seulement les pays riches échangent majoritairement entre eux, mais ils captent également la plus grosse partie des exportations des pays du Sud. Une structure qui accompagne le poids croissant des firmes transnationales : elles jouent en effet un rôle moteur dans le développement de commerce intrabranche, parce qu’elles s’efforcent d’accéder à tous les marchés, mais aussi dans le commerce interbranche, via les processus de division internationale du travail qu’elles mettent en œuvre.

 

S. LAGUERODIE et P. FREMEAUX, « La nouvelle géographie du commerce mondial », Alternatives économiques, hors série n° 54, 4e trimestre 2002.

 

Source : d’après le rapport annuel de l’OMC, 2002.                                                

 

DOCUMENT 4 : Flux d’investissements directs étrangers (IDE) dans le monde de 1980 à 2000                                                                (en millions de dollars)

 

Groupes de pays

Montant en 1980

Montant en 2000

  1. Pays développés…………………………..
  2. Pays en développement……………………

 Dont :

   Afrique…………………………………….

   Asie-Pacifique……………………………..

   Europe Centrale et Orientale……………....

46 530

8 380

 

380

516

35

1 227 476

237 894

 

8 694

133 795

26 563

 TOTAL

54 945

1 491 934

 

Source : CNUCED, Base de données sur les IDE, 2002. 

 

TRAVAIL PREPARATOIRE                                                                                  (10 points)

 

1 - Que signifient les nombres soulignés sur le document 1 ?                                         (01 point)

2 - Comparer l’évolution de la part des produits primaires à celle des produits manufacturés dans

     les échanges de marchandises entre 1990 et 2000. Donnez les facteurs explicatifs de cette évolution.                                                                                                                                                                                                                                                                                         (01,5 point)

3 - Quels sont les pays dont la balance des services est excédentaire ? est déficitaire ? Quels sont

      les principaux pays regroupés dans la catégorie « autres » ?                                   (01,5 point)

4 - Expliquer le passage souligné dans le document 3.                                                   (01 point)

5 - Qu’est-ce qu’un investissement direct étranger (I.D.E) ? Calculez la part des pays en

     développement dans les investissements directs étrangers en 1980 et en 2000. Faites les

     mêmes calculs pour l'Afrique et pour l'Asie-Pacifique. Commentez brièvement les résultats obtenus.                                                                                                                                   (05 points)

 

QUESTION  DE  SYNTHESE                                                                                     (10 points)

 

Après avoir analysé l’évolution récente des échanges mondiaux, vous vous demanderez si tous les pays en profitent de la même manière.

 

2009

 

I- TRAVAIL PREPARATOIRE   

 

1) Donnez le sens des termes suivants :                                                    (02 pts)

  • exportation ;
  • mondialisation ;
  • capital humain ;
  • termes de l'échange.

 

2) Qu’expriment :                                                                                                           (01 pt)

  • le taux de pénétration ?
  • le taux (ou degré) d’ouverture ?

 

3)     

a) Mesurer, en utilisant le cœfficient multiplicateur, l’évolution de l’indice des exportations et du

     PIB mondiaux entre 1950 et 2001. (Doc 1)                                                                   (0,5 pt)

 

b) Calculer le taux de croissance annuel moyen de l’indice des exportations et du PIB mondiaux pour

    les périodes suivantes : 1950-1973, 1973-1990 et 1990-2001. (Doc 1)                           (1,5 pts)

 

4) Quel a été le rôle joué par le GATT puis l’OMC, le FMI et la Banque mondiale dans le

    développement  du  commerce mondial, entre 1950 et 2001 ?                                         (2 pts)

 

5) Comparer l'évolution de la part de l'Afrique dans le commerce mondial à celle de l'Asie entre

     1950 et 1998 (document 2).                                                                                     (01 pt)

 

6) Donner les raisons internes et externes de l'évolution de la part de l'Afrique dans le

    commerce international (document 3)                                                                         (02 pts)

 

II- QUESTION DE SYNTHESE

 

A partir de vos connaissances personnelles, des réponses aux questions et des documents, vous analyserez l'évolution des échanges mondiaux de 1950 à 2001. Ensuite, vous montrerez les raisons de la faible insertion de l'Afrique dans ce commerce mondial.                                                    

                                                                                                                                  (10 pts)

 

DOCUMENT 1 :  Evolution des exportations et du PIB mondiaux en volume de 1950 à 2001                                                              (indice, base 100 en 1950). 

 

 

Source : OMC, Rapport annuel, 2001 / www.wto.org

 

DOCUMENT 2 : Les exportations mondiales par grandes zones

               Part des exportations mondiales par région à prix constants, 1870-1998 

                                             (en millions de dollars de 1990)

 

 

1870

1913

1950

1973

1990

1998

 Europe occidentale

64,4

60,2

41,1

45,8

46,2

42,8

 Pays d’immigration européenne*

7,5

12,9

21,3

15,0

16,5

18,4

 Europe de l’Est et ex-URSS

4,2

4,1

5,0

7,5

4,8

4,1

 Amérique latine

5,4

5,1

8,5

3,9

4,0

4,9

 Asie

13,9

10,8

14,1

22,0

25,6

27,1

 Afrique

4,6

6,9

9,9

5,7

2,9

2,7

 Monde

100

100

100

100

100

100

 * Les pays d’immigration européenne sont les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande    etc. 

 

Source : Calculs effectués à partir de Angus MADDISON, l’économie mondiune perspective OCDE, 2001.

 

DOCUMENT 3 : Les facteurs internes à l'origine d'une faible insertion des PED

 

Savoir tirer profit des innovations émanant de l'étranger réclame un stock minimum de capital humain dans le pays. Rattraper son retard technologique est donc coûteux et long pour un PED, car cela passe d'abord par la formation de ce stock initial minimum de capital humain. Ce n'est que dans un second temps que ce stock peut se développer de façon endogène en se nourrissant des inventions étrangères.

L'éducation apparaît donc comme le principal moteur de la croissance, comme une condition nécessaire et préalable au développement. Elle conditionne en grande partie la réussite des autres stratégies de développement, parmi lesquelles se trouve l'ouverture.

 

Au-delà de l'éducation, l'ouverture ne peut contribuer au développement que si des institutions formelles et informelles efficaces existent et assurent Ie bon fonctionnement des marchés. Bien sûr cela signifie que les Etats des PED doivent être structurés et les règles démocratiques élémentaires respectées (la liberté de la presse et la liberté d'accès au système judiciaire semblent être des éléments déterminants de bonne gouvernance). Ce manque d'institution, souvent lié à des problèmes de stabilité politique parfois hérités du passé, lorsqu'il s'agit d'anciennes colonies, est un des enjeux majeurs soulignés dans le dernier rapport de la Banque Mondiale sur le développement (2002). L'ouverture ne peut guère ici pallier les lacunes internes. En revanche, la qualité des institutions est associée à une plus grande ouverture. Cela prouve que s'ouvrir ne peut pas se faire sans organisation préalable du marché intérieur.

 

Source : Jean-Marie CARDEBAT, « L'ouverture : moteur du développement ? »,Ecoflashn°172,                              novembre 2002.

 

OIF
RESAFAD

EXAMEN.SN V2.0 © RESAFAD SENEGAL Creative Commons License - Avenue Bourguiba x rue 14 Castors, Dakar (Sénégal) - Tél/Fax : +221 33864 62 33