Le système monde : entre intégration et exclusion

2012 : Commentaire

 

COMMENTAIRE DE DOCUMENT

Avant d’être une avalanche de chiffres, de tableaux et de courbes, la mondialisation de l’économie, c’est d’abord le café du matin, importé par bateau de Colombie ou d’Argentine, lyophilisé et mis en boite en Allemagne, transporté par train jusqu’à Rueil Malmaison, puis redistribué ensuite par la chaine supermarchés avant de venir dans votre tasse. Ce sont les oranges venues d’Israël ou d’Espagne, que je mangerai ce soir, l’essence de ma voiture, venue d’Arabie Saoudite ou de la Mer du Nord, par oléoducs ou pétroliers. Ce sont aussi mes chaussures fabriquées en Italie, l’ordinateur sur lequel ce texte est frappé dont les composants viennent de l’autre bout de la planète. Avant d’être à ma disposition, la plupart des produits que j’utilise et consomme ont Parcouru des milliers de kilomètres, sont passés entre les mains d’ouvriers asiatiques ou de Dockers africains. Tous ces produits ont fait l’objet de transactions commerciales entre Quelques firmes.

D’après A. WEINBERG, «La mondialisation de l’économie, Tendances et mutations»,

Sciences humaines n° 14, février 1992.

 

QUESTIONS :

1. Donner un titre puis présenter le texte ci-dessus.                                          (04 points)

2. Analyser les circuits commerciaux décrits dans le texte.                                 (06 points)

3. Dégager la portée du texte sur la configuration actuelle et l’évolution prévisible de

    l’économie mondiale.                                                                                   (06 points)

Introduction et conclusion.                                                                           (04 points)

 

2010 : Commentaire

 

COMMENTAIRE DE DOCUMENTS : La Chine, un géant aux pieds d'argile ?

Document 1 : Structure de l'économie Chinoise:

 Secteurs

Population active (%)

PIB annuel (part en %)

 primaire

43

11,7

 secondaire

25

49,2

 tertiaire

32

39,1

 

Source : Encarta, 2009. Document 2

 

Titre : Une croissance exceptionnelle qui pose problème.

L'économie chinoise s'est transformée, au cours des quarante dernières années, d'un système centralisé et planifié fermé aux échanges internationaux, en une économie de marché avec un rapide développement du secteur privé. Le pays joue désormais un rôle majeur sur la scène commerciale internationale. Il a connu le développement capitaliste le plus rapide au monde passant de 1 % du PIB mondial en 1975 à 6,04 aujourd'hui.

La croissance enregistrée en 2007 a dépassé les prévisions et affiche une progression de 11,4 %. Il s'agit de l'augmentation la plus rapide enregistrée depuis dix ans. Si le pays continue sur sa lancée, la Chine dépassera le Japon en 2008 et deviendra la deuxième puissance la plus dynamique derrière les Etats-Unis. L'inflation reste contenue, les recettes budgétaires s'élèvent à 640,6 billions de dollars et l'endettement public reste faible. Les deux locomotives restent l'investissement (3,62 milliards de dollars en moyenne) et une balance commerciale excédentaire de plus de 32 milliards de dollars. Les énormes réserves de change assurent dix-huit mois d'importations et dix fois la dette à court terme et peuvent gager 20 % de la masse monétaire. Quinze milliards de dollars de devises sont engrangés en moyenne par mois. La production industrielle et le commerce extérieur ont triplé en cinq ans.

Mais la Chine, « atelier du monde », reste un mastodonte aux pieds d'argile. La vitesse de son expansion l'a conduite à des ajustements en raison des inégalités et des risques latents de divers ordres.

 

Source : Atlas éco, 2008.

 

QUESTIONS

1. Caractériser à travers les deux documents puis expliquer l'extraordinaire expansion de

    l'économie chinoise?                                                                                       (04 points)

2. Représenter par deux diagrammes semi-circulaires juxtaposés les parts respectives de la

    population active et du PIB dans les différents secteurs d'activité, puis interpréter le croquis

                                                                                                                           (10 points)

3. Identifier dans le texte, puis analyser les faiblesses de l'économie chinoise.

 

Introduction et conclusion :                                                              (04 points) (02 points)

 

Corrigé 2012 : Géographie

 

Introduction :

La mondialisation, comme vocable nouveau pour caractériser la vie économique internationale revêt un caractère multiple et complexe. De fait, par les ressources qu’elle mobilise, les acteurs qu’elle déploie et les stratégies qu’elle utilise ; il s’agit d’une donnée qui intéressent tous les espaces et qui donc enjambe les frontières. Parallèlement elle impose des comportements nouveaux et  des conditions d’existence jusque la inédites à tous les habitants de la planète.  L’ analyse des idées du texte à travers  les consignes donnés par ces questions nous permettra de cerner quelques aspects majeurs de ce phénomène.


1) Donnons un titre au texte : Les flux et les échanges, fondements du système-monde.
Présentons le texte : le document soumis à notre réflexion est extrait d’un article parut dans la revue Sciences Humaines numéro 14 de Février 1992 et intitulé «  La mondialisation de l’économie, tendances et mutations. » Il  est l’œuvre d’A. Weinberg.

2) Analysons les circuits commerciaux décrits dans le texte : Ce texte met en exergue les flux de marchandises divers et de services sillonnent le monde dans tous les sens et de manière ininterrompue. Au-delà du volume des échanges, les schémas des transactions révèlent l’interdépendance du monde, de ses espaces-blocs et  des pays. Les rapports d’échanges internationaux rendent compte de plus  en plus du caractère de village planétaire que dessine le monde actuel.

3) Ce texte par les idées qu’il véhicule a fini de révéler l’impact des échanges commerciaux dans la vie internationale. Les tendances actuelles de l’évolution du commerce mondial en plus de structurer la vie des nations influence aussi l’organisation des espaces  à diverses échelles. Le jeu des acteurs de l’économie par la diversité des flux d’échanges mais aussi par les réalités ardues de la compétition internationale rend compte des difficultés à cerner  les réalités du commerce mondial pris dans un tourbillon de changements rapides et sans commune mesure.

Conclusion

La complexité du phénomène de la mondialisation est sans commune mesure au regard des flux d’échange qui fonde sa substance. Mais loin d’être une simple homogénéisation  des modes de pensées, du réflexe des acteurs et des systèmes de production ; ce phénomène laisse apparaitre une nouvelle organisation de l’espace mondial, une nouvelle hiérarchie des forces et de nouveaux types de rapports entre les hommes et les sociétés.

2006 : commentaire

 

Le Sénégal : forces et faiblesses de l'économie

Document 1 : Données démographiques (2004)

Population = 10 239 850 habitants
Accroissement naturel =   2,3%
Pourcentages    
   - moins de 15 ans = 43,62 %
   - 15-64 ans = 53,69%
   - 65 ans et plus =   2,69%
Espérance de vie = 52 ans
Population urbaine = 46,57%

 

Source : Atlas éco, 2006.

 

Document 2 : Données économiques

   • PNB / habitant : 600 dollars US

   • Dette extérieure : 3,1 milliards de dollars US

   • Commerce extérieur (en milliards de dollars S) :


Source
:
Ailas éco 2006

Document 3 : Croissance économique et pauvreté

« Le Sénégal a enregistré en 2004 le taux de croissance le plus haut parmi les huit pays membres de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Le pays doit cette bonne tenue de l’activité à des conditions climatiques favorables, à une augmentation des dépenses publiques des investissements et des secteurs secondaire et tertiaire en pleine expansion. Le montant des investissements  directs étrangers a presque doublé entre 2001 et 2003.

Son économie repose avant tout sur l'agriculture la pêche, les matières premières et le tourisme. La pêche est devenue le premier secteur d'exportation du Sénégal. La production de phosphates détient la deuxième place. Puis vient le tourisme dans l'ordre des principales sources de devises. Les autorités investissent ces derniers temps sur le développement du secteur des hydrocarbures avec la multiplication des forages et des prospections.

Le Sénégal est le premier bénéficiaire de l'aide publique française au développement. Il est aussi soutenu par le FMI, la Banque Mondiale et l'Union Européenne. Le gouvernement est parvenu à répondre aux critères de l'initiative PPTE du FMI en avril 2004. Fin Novembre 2004 il a aussi obtenu de la France l’annulation de la totalité de sa dette commerciale souveraine. Et en juin 2005, les membres du G8 ont annoncé l'annulation de sa dette. La Banque Mondiale a enfin débloqué un prêt de 30 millions de dollars US en décembre 2004 afin d'aider les autorités à lutter contre la pauvreté. »

Source : Atlas éco,  2006.

 

QUESTIONS

1/ Calculer puis représenter graphiquement le solde de la balance commerciale du Sénégal de 2000

     à 2003. Interpréter le graphique en analysant la structure des exportations et celle des importations.                                                                                                                                    (06 points)

2/ Identifier à travers les trois documents quelques paradoxes de l’économie du Sénégal.   (06 points)

3/ Expliquer les paradoxes de l'économie du Sénégal tels qu’ils ressortent des documents ci-dessus,

                                                                                                                                   (06 points)

Introduction et Conclusion :   (02 points) 

 

Epreuve 2012 : Géographie

GEOGRAPHIE : COMMENTAIRE DE DOCUMENT


Avant d’être une avalanche de chiffres, de tableaux et de courbes, la mondialisation de l’économie, c’est d’abord le café du matin, importé par bateau de Colombie ou d’Argentine, lyophilisé et mis en boite en Allemagne, transporté par train jusqu’à Rueil-Malmaison, puis redistribué ensuite par la chaine supermarchés avant de venir dans votre tasse. Ce sont les oranges venues d’Israël ou d’Espagne, que je mangerai ce soir, l’essence de ma voiture, venue d’Arabie Saoudite ou de la Mer du Nord, par oléoducs ou pétroliers. Ce sont aussi mes chaussures fabriquées en Italie, l’ordinateur sur lequel ce texte est frappé dont les composants viennent de l’autre bout de la planète.
Avant d’être à ma disposition, la plupart des produits que j’utilise et consomme ont parcouru des milliers de kilomètres, sont passés entre les mains d’ouvriers asiatiques ou de dockers africains. Tous ces produits ont fait l’objet de transactions commerciales entre quelques firmes.

D’après A. WEINBERG, «La mondialisation de l’économie, Tendances et mutations», Sciences humaines, n° 14, février 1992.

QUESTIONS

1.Donner un titre puis présenter le texte ci-dessus.(04 points)
2.Analyser les circuits commerciaux décrits dans le texte.(06 points)
3.Dégager la portée du texte sur la configuration actuelle et l’évolution prévisible de l’économie mondiale. (06 points)
Introduction et conclusion (04 points)

 

OIF
RESAFAD

EXAMEN.SN V2.0 © RESAFAD SENEGAL Creative Commons License - Avenue Bourguiba x rue 14 Castors, Dakar (Sénégal) - Tél/Fax : +221 33864 62 33